Dans la tanière du loup

Les éditions Perrin ont eu l’excellente idée de traduire les mémoires de Nicolaus von Below, aide de camp de la Luftwaffe auprès d’Adolf Hitler. A la droite d’Hitler, résultat de ce travail préfacé par le grand historien Jean Lopez, s’impose comme un livre majeur pour la compréhension du IIIe Reich.

A la droite d’Hitler

En 1937, Nicolaus von Below, jeune officier issu de la haute aristocratie allemande, est nommé aide de camp de la Luftwaffe auprès d’Adolf Hitler. Lors des huit années suivantes, il ne quittera plus le cercle le plus proche du führer hormis quelques jours de vacances ou de convalescence. Ce long témoignage, au jour le jour, constitue donc évidemment un texte d’une importance majeure pour percevoir de l’intérieur le mécanisme du pouvoir nazi qui s’apprête alors à entrainer le monde dans la guerre.

Il s’agit toutefois d’un récit déjà bien exploité par tous les spécialistes du IIIe Reich comme Joachim Fest ou Ian Kershaw pour ne citer que les plus célèbres. Malgré la nécessaire distance critique à prendre, ces mémoires apportent cependant des informations d’une haute valeur historique. Les pages sur l’avant-guerre sont les plus instructives. Elles montrent parfaitement la logique de coups de poker diplomatiques rendus possible par la faiblesse de la France et de la Grande Bretagne. S’y révèle aussi de l’intérieur, les fortes tensions entre les officiers généraux de la Wehrmacht et le pouvoir nazi. Celui-ci aboutit à un premier complot  dans le but de renverser Hitler dès 1938. Une première tentative de putsch, avant celui de Stauffenberg en 1944, mais qui toutefois n’aboutira jamais mais accentuera encore plus la méfiance du Führer pour la caste des officiers.

Sur la question des persécutions des Juifs, ces mémoires cherchent à cacher une réalité que l’officier niera avoir connue. Ainsi, sa description de la Nuit de cristal prêterait à sourire si les événements décrits n’étaient pas si tragiques. Von Below qui reste attaché à la personne du Führer le décrit ainsi comme opposé aux persécutions lors de cette sinistre nuit : « Le Führer lui ordonna de tout mettre en œuvre pour arrêter les incendiaires et les pillards, afin que cette folie cessa au plus vite. » Von Below niera ensuite avoir eu la moindre connaissance des exactions commises, lors de la Shoah, tout au long de ses années de service. Une position difficilement tenable en raison de sa présence presque quotidienne au sommet de l’Etat et du commandement de la machine de guerre allemande.

Nicolaus von Below
Nicolaus von Below

L’officier côtoie aussi le cercle intime du Führer qui s’attache à lui ainsi qu’à sa femme qui deviendra, elle, une proche amie d’Eva Braun. Se révèle alors un Hitler au caractère doux et empathique avec son cercle proche. Il nous apparaît bien éloigné des images qui en déforment la perception. Ces moments souvent intimistes sont opposés aux images de discours dans lequel le dictateur éructe face à des foules en liesse. Dans le domaine militaire, on est aussi surpris quand l’officier affirme qu’Hitler accepte et encourage même  les avis contradictoires : « On pouvait lui dire des vérités désagréables. Il attachait de l’importance à entendre le plus tôt possible les mauvaises nouvelles. Cela dépendait naturellement de la forme de l’annonce. »

Les années de guerre sont peut-être moins révélatrices tant sont bien connus le mécanisme des décisions stratégiques au sein de l’OKW, le quartier général de la Wehrmacht. Ce qui se révèle toutefois au cours de la lecture, c’est l’obsession d’Hitler pour la Russie et ce dès le début de la guerre et la campagne de Pologne. Se découvre aussi toutes les tensions au sein des cercles de pouvoirs et les hauts dignitaires nazis ainsi qu’avec les autres dirigeants étrangers comme Mussolini ou Horty en Hongrie. Ecrit longtemps après la fin de la guerre, sur la base de souvenirs, cet ouvrage n’en reste pas moins d’une grande précision factuelle même si l’engagement de son auteur impose évidemment un regard critique. Destiné aux passionnés, c’est un livre nécessaire pour approfondir les zones opaques de ces années où la croix gammée ravagea l’Europe.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s